jeudi 27 novembre 2008

Lettre de rupture

Dans le film "Enfin veuve" (2007) Anne Marie rédige une lettre de rupture à son mari Gilbert. Léo, son amant, l'aide.
La lettre ne sera pas trop longue...

samedi 22 novembre 2008

Il y a plus de trois ans: la première radioblog

Je viens de le (re)découvrir dans l'historique de mon blog. C'était il y a plus de trois ans (le 30 mai 2.005). Je publiais pour la première fois un lecteur multiple audio avec l'outil radioblog. L'outil a légèrement changé mais le contenu des chansons (Brassens, Françoise Hardy, Voulzy, Cabrel, etc...) et des jingles est toujours agréable à écouter (pour moi, au moins...) . Alors aujourd'hui, petit coup de nostalgie, je le récupère. Le voici:

dimanche 9 novembre 2008

La lettre de Renan Luce (sous-titrée et karaoké)

Le 8 mars dernier, Renan Luce recevait deux Victoires de la musique 2008, dans les catégories « Album révélation de l'année » et « Révélation scène de l'année ». Son vidéo-clip "La lettre" a un caractère presque viral dans des sites comme Youtube ou Dailymotion. Voici cinq versions de cette chanson : version originale, sous-titrée en espagnol, paroles en français et deux versions karaoké (facile et difficile) pour une possible exploitation en classe FLE.

samedi 1 novembre 2008

12 juillet 1770: la journée de Marie Antoinette

"Votre Majesté est bien bonne de vouloir bien s'intéresser à moi et même de vouloir savoir comme je passe ma journée. Je lui dirai donc que je me lève à dix heures ou à neuf heures et demie, et, m'ayant habillée, je dis mes prières du matin, ensuite je déjeune, et de là je vais chez mes tantes, où je trouve ordinairement le roi. Cela dure jusqu'à dix heures et demie ; ensuite à onze heures je vais me coiffer. A midi, on appelle la chambre et là tout le monde peut entrer, ce qui n'est point des communes gens. Je mets mon rouge et lave mes mains devant tout le monde, ensuite les hommes sortent et les dames restent et je m'habille devant elles. A midi est la messe ; si le roi est à Versailles, je vais avec lui et mon mari et mes tantes à la messe ; s'il n'y est pas, je vais seule avec M. le dauphin, mais toujours à la même heure. Après la messe, nous dînons à nous deux devant tout le monde, mais cela est fini à une heure et demie, car nous mangeons fort vite tous les deux. De là, je vais chez M. le Dauphin, et s'il a affaires, je reviens chez moi, je lis, j'écris ou je travaille, car je fais une veste pour le roi, qui n'avance guère, mais j'espère qu'avec la grâce de Dieu elle sera finie dans quelques années. A trois heures, je vais encore chez mes tantes où le roi vient à cette heure-là ; à quatre heures vient l'abbé chez moi, à cinq heures tous les jours le maître de clavecin ou à chanter jusqu'à six heures. A six heures et demie, je vais presque toujours chez mes tantes, quand je ne vais point promener ; il faut savoir que mon mari va presque toujours avec moi chez mes tantes. A sept heures, on joue jusqu'à neuf heures, mais quand il fait beau, je m'en vais promener et alors il n'y a point de jeu chez moi, mais chez mes tantes. A neuf heures, nous soupons, et quand le roi n'y est point, mes tantes viennent souper chez nous, mais quand le roi y est, nous allons souper chez elles, nous attendons le roi, qui vient ordinairement à dix heures trois quarts, mais moi en attendant, je me place sur un grand canapé et dors jusqu'à l'arrivée du roi, mais quand il n'y est pas, nous allons nous coucher à onze heures. Voilà toute notre journée." (12 juillet 1770)


Faire l'exercice dans une fenêtre externe


Ça va couper!